Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 14 décembre 1973, le groupe YES sort, en Grande Bretagne, son sixième album intitulé, Tales from Topographic Oceans, album qui vient après Close to the Edge et le départ de Bill Bruford (batterie) pour le groupe KING CRIMSON, ce qui lui laissera plus de place pour l'improvisation qu'il affectionne. Il sera remplacé par Alan White.

C'est un album concept inspiré du livre de l'écrivain hindou Paramhansa Yoganoda, Autobiographie d'un Yogi, relatant le cheminement spirituel et méditatif. C'est au cours d'un voyage à Tokio que Jon Anderson (chant, guitare acoustique) « reçoit » une révélation à la lecture du livre. Avec Steve Howe (guitares acoustique et électrique), il est le maître d'oeuvre d'un album aux textes très ésotériques dont la musique étale ses quatre très longs titres (des pièces) sur chaque face de deux albums vinyles. Mystère et hermétisme marquent donc cet album...

Les deux autres musiciens, Chris Squire et Rick Wakeman, ne sont pas vraiment convaincus du projet et leur implication instrumentale dans la musique semble très réduite. Ce dernier ne cache pas ses critiques du projet : il a déjà entamé une belle carrière solo et quittera bientôt YES.

Tales-from-Topographic-Oceans-Yes-Cover.jpg

Yes-Logo.jpgUn album très controversé

Le format contraignant, un titre par face, conduit forcément à développer de longues pièces de plus de 20mn, avec le risque de fatiguer, voir de lasser une bonne partie du public et des fans du groupe. On ne pourra pas reprocher à YES de faire de la musique commerciale !

Le projet s'est voulu très ambitieux et la musique est particulièrement complexe avec une incessante variation de rythmes et de thèmes mélodiques. Cette variation incessante rend impossible la mémorisation de mélodies ou de structures musicales après une première écoute ; il faudra au mélomane, au minimum, plusieurs écoutes de l'album (voir de nombreuses) pour en apprécier la teneur. Public et critiques seront ainsi très partagés entre adhésion inconditionnelle et bannissement. Ceux qui n'apprécient pas l'album considèrent que sa musique est pompeuse et faite de remplissages : ce sera un des premiers épisodes de la vague de rejet du rock progressif, considéré comme prétentieux et vide, vague qui atteindra son sommet à la fin des années 1970.

Il est vrai que la complexité des pièces laisse à l'auditeur une impression de morceau décousu et indigeste. Un symphonie de musique classique peut être complexe mais sa structure en mouvements, ses mélodies, restent sommairement en mémoire après une première écoute. Ce n'est pas le cas de Tales from Topographic Oceans.

On ne peut pourtant reprocher aux musiciens de YES une faiblesse de composition : tout est travaillé dans le détail, peut-être trop. C'est ce qui donne à beaucoup cette impression d'hermétisme.

Yes-Logo.jpgUne belle pochette

Illustration à l'aquarelle et à l'encre par Roger Dean, artiste qui avait également travaillé sur les trois albums précédents. En 2002, les lecteurs du magazine Rolling Stone ont élu la couverture de l'album comme la meilleur illustration artistique de pochette de toute l'histoire du rock.

Yes-Logo.jpgNotes sur quelques titres

Il est difficile de ne pas schématiser dans une composition musicale aussi complexe avec d'incessants changements de tempo, de thèmes musicaux et de solis.

The Revealing Science Of God : après une intro un peu a cappella de prières d'ermites illuminés commence un thème musical à la manière de Close to the Edge. C'est une partie instrumentale entrecoupée de courtes parties chantées,rythmée par quelques riffs excellents de guitare électrique (à partir de 7mn). A 11mn le rythme du chant et des solos s 'accélère (superbes solos de claviers – piano et autres) puis retour à un tempo plus calme (diminuendo) à 13mn, sorte de ballade entrecoupée d'un solo au synthé très rythmé à 16mn45 (Rick Wakeman) avec reprise des thèmes musicaux du début.

The Remembering : la troisième pièce commence par le chant mélancolique assez répétitif mais cependant mélodieux, puis après variations des thèmes musicaux, passage à partir de 7mn40 dans une courte partie instrumentale (1mn50) un peu space-rock (synthé) ; retour du chant (accompagné de guitare acoustique) à 9mn10 entrecoupé de beaux solos de rock (guitare électrique, claviers). Toujours avec rythmes et thèmes variant constamment. Quelques longueurs...

The Ancient : une première partie essentiellement instrumentale (entrecoupée de quelques chants courts) assez complexe - avec quelques courts solos de percussions, de guitare électrique et de mellotron aux notes discordantes ; puis à partir de 12mn30 (et jusqu'à 18mn) une beau solo de guitare acoustique (très Flamenco) qui par la suite accompagne le chant d'une ballade. Quelques accents de guitare électrique inattendus brisent le rythme ce cette ballade juste avant la fin la pièce.

Ritual : d'abord partie instrumentale puis belle mélodie chantée à partir de 6mn qui se termine montant crescendo à 11mn avec quelques riffs de guitare électrique (Steve Howe) ; enfin une grosse partie essentiellement instrumentale évidemment complexe (changements continu de rythme et de thème mélodique). Après quelques beaux riffs de guitare électrique à 13mn30), voici un impressionnant solo de percussions à 14mn20, accompagné des claviers. A 17mn retour du chant puis superbe final très langoureux à la guitare électrique. Dans ce titre plus rock, peut-être le mieux réussi, les cinq musiciens jouent de leurs instruments particulièrement en harmonie.

Conclusion

Les musiciens sont particulièrement virtuoses dans cette œuvre et les chants et choeurs très réussis. La longueur des pièces nécessite plusieurs écoutes et imprégnation avant appréciation. Tales from Topographic Oceans est un album sans doute trop ambitieux dont la démesure a été interprétée comme de l'outrance par certains. Il s'agit pourtant d'un des meilleurs albums de YES, malgré sa complexité et un certain hermétisme au premier abord.

Yes-Logo.jpgRéception de l'album

Tales from Topographic Oceans a été classé sixième dans le classement des ventes d'albums « pop. Quatrième disque d'or du groupe il a atteint le sommet dans les Charts britanniques et la sixième place dans les charts américains (US Billboard).

Voir le site http://www.yesworld.com pour plus d'infos.

 

Jaime Prog

 

Yes-Logo.jpgMusiciens

Jon Anderson : chant, guitare acoustique, percussions.

Steve Howe : guitares acoustiques et électriques, sitar électrique, voix.

Chris Squire : basse, voix.

Rick Wakeman : claviers.

Alan White : batterie, voix.

 

Yes-Logo.jpgTitres

Disque 1

face 1 :The Revealing Science Of God (Dance Of The Dawn) (Jon Anderson, Steve Howe, Chris Squire, Rick Wakeman, Alan White) – 22:22

face 2 :The Remembering (High The Memory) (Jon Anderson, Steve Howe, Chris Squire, Rick Wakeman, Alan White) – 20:38

 

Disque 2

face 3 :The Ancient (Giants Under The Sun) (Jon Anderson, Steve Howe, Chris Squire, Rick Wakeman, Alan White) - 18:35

face 4 : Ritual (Nous Sommes Du Soleil) (Jon Anderson, Steve Howe, Chris Squire, Rick Wakeman, Alan White) – 21:37

 

Titres bonus de la réédition en 2003

1: Dance Of The Dawn (Studio Run-Through) (Jon Anderson, Steve Howe, Chris Squire, Rick Wakeman, Alan White) - 23:35

2 : Giants Under The Sun (Studio Run-Through) (Jon Anderson, Steve Howe, Chris Squire, Rick Wakeman, Alan White) – 17:17

Yes-Logo.jpgEcoute des quatre pièces


The Revealing Science Of God 

 

 

The Remembering 

 

The Ancient

 

Ritual 

Tag(s) : #L'apogée

Partager cet article

Repost 0