Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En avril 1973 sort le 6ème album studio du groupe de rock progressif et symphonique britannique  PROCOL HARUM, intitulé Grand Hôtel  (LP, Chrysalis Records).

Les morceaux ne sont plus des compositions aussi longues que  In Held Twas in I (plus de 17mn) fin 1968 du 2ème album de PROCOL HARUM, Shine On Brightly, un des actes fondateurs du Progressive rock.

Changement de line up : le guitariste Dave Ball qui avait rejoint le groupe pour l'album précédent Procol Harum Live, est remplacé par Mick Grabham dont la prestation est remarquable dans cet album.

Après de nombreuix changements de musiciens depuis sa création, PROCOL HARUM devient maintenant une formation plus stable.

La direction artistique pour la couverture de l'album est confiée au designer Spencer Zahn.

 

GrandHotel-cover-copie-1.JPGL'album raconte avec ironie et humour la grandeur et l'opulence d'un “hôtel de luxe”.

C'est un des albums les plus aboutis du groupe. Les musiciens virtuoses ont élevé la musique complexe à un haut niveau de sophistication et de délicatesse sans extravagances ni boursouflures. Le piano ainsi que les claviers ont retrouvé leur place majeure dans la musique du groupe mais sans effacement de la guitare pour autant. Ainsi le rock est très présent dans plusieurs titres avec des solos de guitare électrique énergiques qui déchirent entre de belles et puissantes nappes d'orgues.

 

 

GrandHotel-coverback-copie-1.JPGfleche Quelques notes sur les titres

Le premier morceau éponyme, est une sorte de valse romantique ( trois temps) aux accents russes, avec une belle harmonie entre choeurs et instruments tels que piano et effets violon du synthé. Puis intervention de la guitare électrique à 4mn 25

Le second, Toujours l'Amour, s'affirme plus rock, avec toujours cette harmonie entre piano, chaoeurs, orgue, d'un très bel effet. Beau solo de guitare électrique (Mick Grabham) à partir de 1mn 35 sur les accords du piano, puis de l'orgue.

A Rum Tale, troisième titre, est une belle ballade apaisante accompagnée dans un premier temps du piano puis de l'orgue.

TV Caesar, dernier titre de la face 1, renoue avec le rock symphonique : en prélude, belle partition de violons synthétiques, piano et orgue avec la voix chaude de Gary Brooker puis intervention de la guitare électrique à 2mn 22 avec accompagnement de piano et d'orgue.

 

Le titre A Souvenir of London, 1er titre de la face 2, est une ballade au accents folk avec guitare acoustique et effets de banjo. Le single a été interdit par la BBC pour sa référence à la maladie vénérienne dans les paroles. L'ordre moral victorien avait encore de “beaux restes”...

Bringing Home the Bacon, avec un retour au rock symphonique, mais plus énergique, est un morceau essentiellement instrumental qui commence par un prélude de percussion, relayé par le couple piano/orgue et deux couplets de paroles. Spendides riffs de guitare électrique à partir de 1mn 37 et à partir de 3mn 18 avec de superbess choeurs en fusion avec les nappes d'orgue.

For Liquorice John est une très belle ballade plutôt sombre et mystique, assez rythmée avec forte percussion et pleurs de l'harmonica (synthé) à 2mn 42.

Fires est  un très beau morceau débutant par les vocalises de Catherine Legrand et la belle voix de Gary Brooker sur accompagnement de piano. Puis une partie centrale instrumentale piano/orgue/synthé (2mn 15 à 3mn 30). Enfin reprise du chant relayé par des vocalises superbes de la choriste. Un film a-t-il déjà repris ce titre comme bande-son ?

Robert’s Box, dernier titre, commence comme un slow aux accents des tropiques, puis à 2mn 20 intervient un magnifique jeu de voix et choeurs se répondant pendant près de 40 secondes. Dernière partie de chant avec claviers et final de guitare électrique. Très beau morceau aussi.

fleche En conclusion nous avons à faire à un album à la musique savamment composée et assemblée avec de belles mélodies ( que PROCOL HARUM sait si bien faire) et une fusion parfaite entre voix, choeurs et instruments, eux mêmes en harmonie constante. A aucun moment on ne peut constater d'affadissement de la musique ou de fioritures musicales superflues que certains groupes ont pu commettre dans les années 70.

C'est un album de la maturité du groupe sans grain de folie, sans délire expérimental. Rappelons que c'est dans sa première période expérimentale que PROCOL HARUM a produit des merveilles contribuant à l'émergence du Progressive rock. 

Succès de l'album : il atteint n ° 21 sur les charts du Billboard et reste pendant cinq mois au Top 100 ; les critiques musicaux en feront la louange.

fleche  Musiciens

Gary Brooker : piano, synthétiseur, chant

Alan Cartwright : basse

Chris Copping : orgue

Mick Grabham : guitare

Keith Reid : paroles

B. J. Wilson : batterie

Christiane Legrand : chant dans Fires

fleche Titres

Chansons écrites par Keith Reid et composées par Gary Brooker.

Face 1

1 - Grand Hôtel - 6:10

2 - Toujours l'amour - 3:31

3 - A Rum Tale - 3:20

4 - TV Caesar - 5:52

 

Face 2

5 - A Souvenir of London - 3:23

6 - Bringing Home the Bacon - 4:21

7 - For Liquorice John - 4:27

8 - Fires (avec  Burn Brightly) - 5:10

9 - Robert's Box - 4:45

 

J'ai choisi:

Grand Hôtel

Toujours l'amour

TV Caesar

Bringing Home the Bacon

Fires

Tag(s) : #L'apogée

Partager cet article

Repost 0