Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après  Foxtrot, le groupe GENESIS sort son cinquième album studio, Selling England by the Pounden novembre 1973 – enregistré après plus deux mois de travail en studio.

Cet album est considéré par la plupart des critiques et par les fans comme un des meilleurs du groupe, voir le meilleur pour certains. C'est un album très travaillé et bien réussi (malgré la faiblesse de certains titres, on n'y reviendra), dans lequel la complexité musicale, même si elle est présente dans certains morceaux, n'est pas la recherche absolue : pour GENESIS la composante mélodique est déterminante ( c'est ce que retiennent en premier les auditeurs). Le groupe est parvenu au bout de six ans à une grande perfection instrumentale : on peut dire qu'il est déjà à son apogée musicale. Un style musical achevé, une maturation et une harmonie entre les cinq musiciens marquent ainsi cet album.

Au niveau commercial, c'est aussi le sommet (de la première période Peter Gabriel) avec la 3ème place dans les charts anglais et l'obtention d'un disque d'or en France avec 100 000 ventes.

 

Genesis.jpeg Selling England by the Pound  fait  référence aux paroles du premier titre Dancing With the Moonlit Knight empreintes de nostalgie envers l'Angleterre médiévale. L'album a un côté baroque à l'atmosphère mélancolique, avec évocation lyrique de la mythologie anglaise tout en se référant au monde actuel.

La musique de Selling England by the Pound se caractérise par :

- la performance musicale très présente au niveau des claviers assez dominants : Tony Banks innove en utilisant pour la première fois un synthé ARP Pro qui produit ces choeurs à l'atmosphère envoûtante (Dancing With the Moonlit Knight et Fifth avec les hurlements de loups) ;

- de magnifiques mélodies (assez variées dans plusieurs titres majeurs) ;

- de nombreuses cassures de rythmes, les variations de tempo, caractéristiques des pièces les plus longues ;

- des arrangements musicaux complexes ;

- une fusion parfaite entre composantes classiques et rock.

 

Genesis.jpeg Commentaires sur les titres

Les textes poétiques, en grande partie de Peter Gabriel, ont un côté satirique et surréaliste.

L'album est marqué par une grande disparité qualitative : en effet parmi plusieurs grandes pièces très réussies se trouvent des titres mal assortis, comme I Know What I Like, More Fool Me et After the Ordeal.

I Know What I Like, un court titre assez agréable (4mn au format radio – couplet/refrain) destiné à la promotion commerciale de l'album, promotion qui a porté ses fruits : 17e place dans les charts anglais en avril 1974.

More Fool Me, une courte ballade acoustique pas très travaillée, chantée par Phil Collins, à la voix encore fluette.

After the Ordeal, une autre ballade instrumental acoustique (guitare et piano) avec quelques accords mélodiques agréables exprimant la mélancolie (assez répétitifs) : piano/guitare en harmonie au début et à 2mn15 piano/synthé/guitare électrique puis flûte. C'est un titre peu progressif qui sert d'intermède entre deux pièces importantes.

Passons au hors d'oeuvre :

Genesis.jpeg Dancing With the Moonlit Knight (En vendant l'Angleterre à la Livre): un long titre plein de nostalgie sur une Angleterre mythifiée d'avant la révolution industrielle et le mercantilisme sans limites du capitalisme : « Peux-tu me dire où gît mon pays ? Il gît avec moi ! À cause des marchandises, dont il a négocié le prix,... »

Ce grand titre, aux accents baroques, commence comme une ballade chantée avec un très jolie mélodie (accompagnée de l'orgue et de la guitare acoustique) au rythme lent, puis à 1mn20, le tempo monte progressivement. Nouvelle accélération de rythme à 2mn25 et nouveaux accords mélodiques après hausse de la tonalité de la voix profonde de Peter Gabriel et choeurs au synthé. Les claviers prennent le relais jusqu' à un court solo de guitare électrique à 3mn20 auquel répond l'orgue. La suite comprend des variations rapides de passages lents et vifs et des choeurs, des solos d'orgue et de guitare qui se répondent; enfin retour progressif au rythme lent d'une ballade acoustique à partir de 6mn.

C'est dans ce morceau que l'excellent guitariste Steve Hackett se fait remarquer par sa technique de tapping (cordes tapées), utilisée auparavant en jazz puis par d'autres musiciens de rock et de heavy metal.

Genesis.jpeg Firth of Fifth :

Cette pièce (9mn37 dont 6mn30 de musique instrumentale) paraît construite comme une oeuvre de musique classique. Elle comprend également des changements de thèmes et de rythmes mais les transitions sont toutes en douceur. D'abord une intro avec un magnifique solo de piano (assez complexe) de 1mn par Tony Banks. Puis vient le chant accompagné des claviers (orgue et synthé avec beaux effets de choeurs - de cris de loups à 3mmn 10). Changement de tempo, à 3mn20, après l'intermède du piano, un superbe solo de flûte (à 3mn30), puis nouveaux solos de piano à 4mn10 et d'orgue et synthé accompagné d'une batterie énergique (Phil Collins). Enfin un long solo poignant et déchirant de guitare électrique (Steve Hackett) à 6mn20 puis tempo en « descélération » progressive avant le retour du chant et des choeurs.

Genesis.jpeg The Battle of Epping Forest

C'est la plus longue pièce (près de 12mn). Elle commence par une marche militaire, accompagnée de la flûte et des tambours (1mn). Ensuite sur l'ensemble du morceau très nombreuses ruptures avec changements de rythmes et de mélodies, sans transitions ; ce qui lui donne un côté touffu et désordonné. Le groupe le reconnaîtra lui même : un titre « trop dense, allant dans tous les sens, sans fil conducteur ».

A noter , de jolis effets des claviers en partie centrale et un magnifique solo de guitare électrique en fin (à 10mn50).

Genesis.jpegThe Cinema Show

Dernière grande pièce de l'album avec 11mn. Les paroles sont une version revisitée, moderne et décalée de Roméo et Juliette. Elle débute par une ballade chantée avec de belles mélodies, chanson accompagnée d'abord par la guitare acoustique, avec par moments, l'appoint du synthé.

Au milieu (à 5mn25) commence une grande partie instrumentale avec un long solo aux claviers (synthé/orgue/mellotron) qui montre encore une fois la virtuosité de Tony Banks, accompagné des percussions puissantes de Phil Collins. Le morceau s'enchaîne sur le dernier titre, Aisle of Plenty, par un changement très progressif de tempo pour retourner à la forme ballade avec le thème musical du premier titre Dancing With the Moonlit Knight, à la guitare acoustique. Ce thème est repris en boucle mais avec l'apport des choeurs et des voix (au synthé); partie finale particulièrement touchante et bouleversante.

 

Selling-England-by-the-Pound---face-vynile.jpgGenesis.jpeg La couverture de l'album a été illustrée par un tableau du peintre Betty Swanwick (The Dream/le rêve) avec un personnage allongé sur un banc, près d'une tondeuse à gazon mécanique ; en rapport aux paroles de la chanson I Know What I Like, « I'm just a lawn mower » - je suis juste une tondeuse à gazon.
 

En conclusion

GENESIS c'est le rock progressif accessible grâce aux superbes mélodies qu' ils produisent avec talent. Et particulièrement dans Selling England by the Pound, un album essentiel et une référence en matière de rock progressif. Un album qui se réécoute en 2014 avec bonheur, sans avoir vieilli.

 

Jaime Prog

 

Genesis.jpeg Musiciens

- Steve Hackett - guitare électrique, guitare classique

- Peter Gabriel - chant, flûte, hautbois, percussions

- Tony Banks - claviers( synthé, orgue Hammond, mellotron M 400, pianet, guitare 12 cordes

- Phil Collins - batterie, percussions, chant

- Mike Rutherford - basse, guitare 12 cordes, sitar,

 

Genesis.jpeg Titres

Les chansons sont écrites par  Tony Banks, Phil Collins, Peter Gabriel, Steve Hackett et Mike Rutherford.

Face 1

1 - Dancing With the Moonlit Knight - 8:04 (écrit par

2 - I Know What I Like (In Your Wardrobe) – 4:08 (écrit par

3 - Firth of Fifth - 9:37 (écrit par Tony Banks)

4 - More Fool Me - 3:10

 

Face 2

5 - The Battle of Epping Forest - 11:46

6 - After the Ordeal - 4:16

7 - The Cinema Show - 11:06

8 - Aisle of Plenty - 1:32

 

J'ai choisi :

Dancing With the Moonlit Knight

Firth of Fifth

The Battle of Epping Forest

et les titres

The Cinema Show

et Aisle of Plenty qui n'en font, en fait, qu'un seul.

Tag(s) : #L'apogée

Partager cet article

Repost 0