Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le quatrième album d'ALAN STIVELL, intitulé A l'Olympia, sort cette année 1972. C'est un album live qui reprend les titres essentiellement inédits de son célèbre concert à l'Olympia le 28 février 1972. Ce concert est historique: son succès (salle comble de 2500 personnes festives, drapeaux bretons brandis), son audience (retransmis en direct à la radio) ont propulsé la musique celtique à l'avant-scène. Il s'en est suivi un sursaut de la musique bretonne avec la création de nombreux groupes de musique en Bretagne comme Tri Yann, Bleizi Ruz, Gilles Servat... Une langue, une culture, une musique retrouvaient leur fierté.

 

Stivell-Olympia-frontfleche 715Succès de l'album

Deux millions d'exemplaires seront vendus! En 1983, le magazine Rolling Stone accorde à l'album cinq étoiles, il fait ainsi partie des 50 meilleurs groupes obtenant cinq étoiles en 1972/73. On a reproché à Alan Stivell de s'être fait récupérer par le show-biz, mais n'est-ce-pas plutôt lui qui avait récupéré le show-business?

La pochette

Le verso gris représente un triskell, avec trois spirales entrecroisées: c'est un motif caractéristique de l'art celtique qu'Alan Stivell porte en pendentif autour du cou.

fleche 715Contenu

L'album se compose de deux parties : la première, sur la face A, de musique acoustique Stivell--Olympia-back.jpgtraditionnelle; la deuxième, sur la face B, de musique qualifiée à l'époque de pop ou d'électro-pop et que l'on peut qualifier aujourd'hui de progressive-folk avec fusion de musique celtique et de rock (rock celtique).

Alan Stivell fonde début 1972 le Alan Stivell Group, pour mettre en oeuvre ce projet de fusion musicale progressive, avec six musiciens dont l'excellent guitariste (électrique) Dan Ar Bras qui l'a accompagné dès la fin des années 1960.

Lors du concert mythique, le bassiste et le second guitariste s'entendaient à peine jouer en raison d'une mauvaise harmonisation entre sons acoustiques et électriques. On le remarque dans l'album avec une basse très faible.

Les chansons sont chantées en anglais, breton et irlandais.

Pop Plinn: longue intro pop guitare, orgue, batterie (jusqu'à 1mn30) relayée par la harpe, puis fusion de bombarde et orgue et final orgue-guitare électrique-bombarde,etc...

Tha mi sgith : intro avec orgue et fiddle en fusion relayée par riffs de guitare électrique puis les voix d'Alan Stivell ; le thème est repris soit par fusion guitare/orgue/fiddle soit par le choeur de voix Alan et Gabriel Yacoub soit par un riff de guitare électrique et enfin par les instruments traditionnels fiddle/banjo/guitare acoustique.

The King of the Fairies(Le Roi des fées) : magnifique air traditionnel irlandais dans lequel domine la flûte irlandaise puis accélération du rythme en dernière partie ou l'orgue se mêle aux instruments traditionnels dont la flûte traversière.

Tri martolod (Ronde à trois de Sud-Cornouaille): belle intro avec harpe, banjo, guitare acoustique; puis chant d'Alan alternant avec choeur sur fond d'orgue,banjo, percussion; à remarquer la partie instrumentale centrale (2mn25) avec solo de fiddle (violon). Final avec joli solo d'orgue (début 3mn53).

Kost ar c'hoad (danse bretonne) : titre instrumental où fiddle (violon) et flûtes expriment le thème avec incursion dynamiques successives de solos de banjo et d'orgue sur fond de percussions traditionnelles.

Suite sudarmoricaine: après superbe intro avec instruments traditionnels ( flûtes dont irlandaise, guitare acoustique, fiddle, dulcimer), chant d'Alan repris en choeurs sur fond d'orgue, et arrière fond de guitare acoustique et bombarde; puis accompagnement successif du chant par guitare électrique et orgue, et fusion en fin.

Quelques instruments traditionnels celtiques

la dulcimer est un genre de cithare

Dulcimer.JPG

le fiddle est un genre de violon pour musique folklorique

 

Fiddle

 

bombarde.jpgla bombarde est un genre de hautbois propre à la musique celtique

 

fleche 715L'anniversaire des quarante ans de l'album

Pour fêter le quarantième anniversaire du concert-album, un double CD est publié en février 2012 par Mercury (Universal), intitulé Ar Pep Gwellañ qui comprend en particulier l'enregistrement mastérisé du concert de 1972. Le 16 février 2012 Alan Stivell donne un concert remarquable à l'Olympia dans lequel il a joué l'ensemble des titres de l'album A l'Olympia de 1972, ainsi qu'en partie son album studio sortie en 2009, Emerald, et d'autres titres entre ces deux albums.

Dans l'entretien quarante ans après dans Paris Match, Alan Stivell, définit sa musique ainsi:

« ...J’appartiens à la génération du rock et de la musique anglo-saxonne. Je suis donc très attaché à l’idée d’une modernité le plus large possible. Avec le titre “Pop Plinn”, par exemple, j’ai voulu fusionner la musique traditionnelle avec le rock....

Quand la guitare électrique est apparue, pour moi, ce fut une découverte capitale. Dès la fin des années 50, je voulais tout faire fusionner, brancher mes harpes comme des guitares. J’avais 14 ans...»

 

Voir la page ALAN STIVELL - A l'Olympia - février 2012

 

Voir le site : http://www.alan-stivell.com/

 

Jaime Prog

 

 

fleche 715Musiciens

Alan Stivell : chant, harpes, flute irlandaise, bombarde

Gabriel Yacoub : guitare, dulcimer, banjo, chant

René Werneer : fiddle

Dan Ar Braz : guitare électrique

Michel Santangeli : batterie

Pascal Stive : orgue

Gerald Levasseur : basse

Henri Delagarde : viloncelle, flûte, bombarde

Serj Parayre : percussions

Mickael Klec’h : flûte, bombarde

 

fleche 715 Titres

Les paroles et les musiques viennent de répertoires de musique traditionnelle, arrangés par Alan Stivell, sauf le premier titre.

 

Face A

1 - The wind of Keltia  (Alan Stivell et Steve Waring)  3:42

2 - An-dro 3:07

3 - The trees they grow high 3:04

4 - An Alarc'h (Le Cygne) 2:25

5 - An durzhunnel 3:23

6 - Telenn gwad / The foggy dew 3:57

 

Face B

7 - Pop Plinn 3:37

8 - Tha mi sgith 4:22

9 - The king of the fairies 3:20

10 - Tri martolod 4:27

11 - Kost ar c'hoad 3:54

12 - Suite sudarmoricaine 3:29

 

Les titres viennent de Bretagne sauf The trees they grow high et The king of the fairies qui sont des airs irlandais. Tha mi sgith vient des Îles Hébrides.

 

J'ai choisi:

Tha mi sgith

Tri martolod

Kost ar c'hoad

Suite sudarmoricaine

Tag(s) : #La montée

Partager cet article

Repost 0