Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En septembre 1974 sort le 6 ème album, The Power and the Glory, du groupe de rock progressif anglais GENTLE GIANT. Pourtant l’enregistrement  a été réalisé bien avant en décembre 1973 et janvier 1974 : ce retard s’explique par des conflits avec leur label VWA qui provoqueront  l’annulation d’une tournée anglaise pour le lancement de l’album. Le groupe quittera VWA  pour rejoindre le label Chrysalis.

 

Autour de l’album

C’est un album concept comme leur précédent In A Glass House (1973). Le thème porte sur la corruption politique : le personnage de l’album, voulant au départ faire le bien d’autrui, devient prisonnier des pouvoirs d’état  dont il abuse et sombre à son tour dans la corruption. L’album sort aux Etats Unis pendant le scandale du Watergate qui éclabousse le président Nixon et le force à démissionner peu de temps après.

Cet heureux hasard va aider au succès de l’album aux USA puisqu’il accède au Top 50 des plus vendus. C’était combler le désir du groupe de développer son audience dans ce vaste pays après une première percée américaine de son précédent album In A Glass House. GENTLE GIANT n’avait pas ménagé ses efforts pour accéder au public américain : titres plus courts et moins complexes, sans pour autant céder il est vrai sur la qualité. Mais il s’agit quand même d’une stratégie commerciale qui peut se comprendre après les déboires financiers de l’échec de sa tournée anglaise.

 

La musique de l’album

Les titres encore plus courts que dans l’album précédent In A Glass House : Ils ne dépassent pas 6mn 45 avec des arrangements moins complexes. L’accent  est mis sur les mélodies et sur le rythme plus accentué et syncopé. 

Kerry Minnear, le claviériste, a jeté son dévolu sur le clavinet, un piano électrique très utilisé dans les musiques reggae et funky. La musique de l’album sera particulièrement riche en contretemps et dissonances.

Même si, dans cet album, la tendance générale est à l’épurement, le raffinement  et la virtuosité instrumentale demeurent  des caractéristiques du groupe qui se veut plus accessible mais sans perdre son âme.

On ne peut que remarquer la richesse instrumentale dans un orchestre où plus de dix instruments jouent en harmonie des musiques d’horizons variés (moyen âge, baroque, orientale, folk, hard-rock…) sans oublier l’apport des vocalises  et chœurs d’une grande maîtrise.

 

La pochette

Les cartes ne sont pas d’une belle esthétique un peu à l’image du pouvoir.

 

Quelques notes sur les titres

 

Proclamation

L’album commence par son titre le plus long (6mn 48) et peut être le meilleur.

Ce morceau a un rythme syncopé assez  proche du reggae dans lequel s’illustre le clavinet, piano électrique au son plus percussif. Instruments et voix entrent progressivement  en jeu : d’abord le clavinet, puis le chant, enfin les percussions ; la basse et l’orgue.

A partir de 2mn 05, le morceau change d’allure : une partie instrumentale commence  une montée crescendo  et progressive  avec une belle partition du clavinet puis de l’ orgue et des percussions dans un style très jazzy ; puis une  accélération folle jusqu’au paroxysme à 3mn 20mn avec un motif musical tournant en boucle. Décélération brutale aux sons dissonants des riffs de guitare électrique et des vocalises. A 4mn 53, nouvelle montrée très progressive de rythme syncopé aux sons des claviers qui se répondent (clavinet, orgue, …) et reprise du chant  et vocalises dans un style très reggae. Final en fade out sur fond de bruits de foule( ?).

So Sincere

Un titre dont la musique est proche de la démarche du rock expérimental : recherche de fusion entre leur musique progressive faite de contre temps  et de cassures  de rythme avec la pop musique. Le mélange ne prend pas vraiment mais l’expérience est intéressante avec les sonorités jazz du saxo et du violoncelle. La partie instrumentale qui commence à 2mn 30 avec  guitare électrique et piano est aussi assez réussie.

Aspirations

Cette ballade aux accents mélancoliques est assez belle : jolie mélodie et belle alliance entre les voix et instruments de musique dont clavinet, orgue, guitare acoustique et basse.

Playing the Game

Ce titre aussi long que le premier est un morceau réussi de rock progressif avec belle alternance de chants superbes et de parties instrumentales. Originalité des percussions chinoises du début. Ruptures délicates de rythmes. Les thèmes mélodiques sont agréables et résultat est un bel effet d’ambiances variées qui rappelle curieusement GENESIS.

Cogs in Cogs

A partir d’une fugue voici un titre énergique (hard rock), essentiellement instrumental, très réussi : basses puissantes et riffs délirants de guitare électrique. On constate ici particulièrement la virtuosité des musiciens avec belle harmonie entre chants et instruments dont clavinet, orgue, synthé.

No God's a Man

Un titre proche de la ballade qui comprend de jolis thèmes mélodiques mais dont l’ensemble paraît un peu décousu. Les chants et vocalises qui font merveille dans  d’autres titres paraissent ici bien fades.

The Face

Un titre aux références musicales médiévales dans lequel  violon et violoncelle  tournoient en un rythme endiablé dans une succession de thèmes mélodiques. Le chant s’harmonise parfaitement avec les différents instruments. Solo superbe de violon à partir de 2mn suivi par un solo de guitare électrique, puis de l’orgue  tout aussi magnifique.

Valedictory

Ce titre est une belle réussite : on assiste à une montée crescendo avec apport progressif, successif, des instruments de musique : batterie guitare électrique, piano électrique, voix, clavinet et orgue. Reprise du motif mélodique du premier titre Proclamation. Quelques beaux solos de guitare électrique et de clavinet (à 1mn 35 et 2mn40).

 

Bilan de l’album

Grace à une « stratégie » d’adaptation au vaste public américain (voir Autour de l’album), The Power of the Glory a atteint la 68ème place au Top cent américain, sans pour autant que la qualité de l’album s’en ressente. En effet cet album reste encore un des meilleurs de GENTLE GIANT, peut être le dernier de leur carrière.

Pour  le 35 ème anniversaire de la sortie de l’album, un CD remasterisé est sorti avec deux  titres  bonus : un live de Proclamation et un mauvais single (de 2mn) intitulé Power of the Glory, témoin d’une stratégie purement commerciale de percée américaine (ce dernier single n’était présent que dans certaines éditions, c’est dire si le groupe en était peu fier).

Jaime Prog

 

Musiciens

Derek Shulman :  Chants et saxophones

Ray Shulman :  Basse, violon et chants

Kerry Minnear :  Claviers, violoncelle et chants

Gary Green : Guitares

John Weathers :  Batterie, percussions et chants

 

Titres

Face 1

Proclamation - 6:48

So Sincere - 3:52

Aspirations - 4:41

Playing the Game - 6:46

 

Face 2

Cogs in Cogs - 3:08

No God's a Man - 4:28

The Face - 4:12

Valedictory - 3:21

 

J'ai choisi :

Proclamation

So Sincere

Playing the Game

Cogs in Cogs

The Face

Valedictory

Proclamation

So Sincère

Playing the Game

Cogs in Cogs

The Face

Valedictory

Tag(s) : #L'apogée

Partager cet article

Repost 0