Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au mois de mai de l'année 1974 sort le deuxième album du groupe de rock expérimental d'avant-garde HENRY COW intitulé Unrest  (enregistrement en février/mars dans les studios de Virgin, jeune maison de disques, indépendante à l’époque).                                                                                                                         

   Le groupe HENRY COW

Il a été fondé en 1968 par Fred Frith, musicien chercheur et expérimentateur de fusions musicales (voir article sur l'album Leg End en 1973). Les musiciens du groupe sont imprégnés de musique contemporaine, de musique classique, de jazz comme des musiques du monde. Ils développent un rock expérimental et progressif original, contestataire et d’avant-garde, en marge des majors du rock progressif anglais comme GENESIS, JETHRO TULL, YES, PINK FLOYD,... Ils refusent  leur musique aux effets grandiloquents et scéniques.

En 1974 HENRY COW comprend les mêmes musiciens que dans  leur premier album de 1973 : l’inspirateur, Fred Frith ( multi-instrumentiste), Tim Hodgkinson (également multi-instrumentiste), John Greaves (le bassiste), Chris Cutler (batteur et percussionniste). Les mêmes sauf un, Geoff Leigh qui a quitté le groupe et qui est remplacé par Lindsay Cooper (instruments à vent).

   La composition de l'album

Du coup apparaissent de nouveaux instruments comme le haut-bois et le basson, propres à la musique de chambre, qui apportent  une note originale à la musique de l'album. A noter la participation de Mike Oldfield comme ingénieur du son – ce dernier est un multi-instrumentiste particulièrement doué  qui a apporté sa contribution au rock progressif (album Tubular Bells en 1973).

Le groupe aime autant improviser que composer sa musique : ainsi les quatre premiers titres de la face 1 sont plutôt écrits et travaillés en studio (le Manor) et sont des écritures individuelles alors que les autres sont plutôt improvisées et collectives (face 2). La composition, assez complexe, utilise des montages inversés, des variations de vitesse, des collages sonores, boucles et superpositions (overdubbing). La musique est quasiment instrumentale.

Le titre Unrest signifie « troubles ». Cela donne des atmosphères assez inquiétantes, angoissantes, cauchemardesques, fiévreuses et agitées.  L'ambiance de l'album est  plutôt sombre, voire noire, avec une musique pas forcément facile et abordable qui nécessite plusieurs écoutes pour bien l'apprécier (dissonance, atonalité, polyrythmie). Les morceaux improvisés se rapprochent en partie du free-jazz et de la musique acoustique. 

Dans ce deuxième album, l’influence de SOFT MACHINE (école de Canterbury) est plus faible et c’est surtout la musique contemporaine qui fait référence (Schönberg, Olivier Messiaen,…).

  La pochette de l'album

Les illustrations de la pochette du vinyle sont dues à Ray Smith, artiste ayant travaillé avec les musiciens du groupe à Cambridge sur divers projets (danses, mise en scène des concerts). C'est lui qui a trouvé le motif de la chaussette comme emblème du groupe avec des variations de couleur suivant l'ambiance musical de l'album: ainsi des couleurs sombres pour cet album – Legend, l'album précédent avait des couleurs vives.

 

  Quelques commentaires sur les titres

Bittern Storm over Ulm : premier titre court (moins de 2mn) au rythme de jazz crescendo assez intense, agrémenté de riffs de guitare électrique en compagnie d’un saxo dissonant et qui s’achève apaisé, diminuendo.

Half Asleep/Half Awake : ce deuxième titre de près de 8mn commence par une intro douce au piano ; puis à partir de 1mn une grande partie centrale où domine le hautbois (belle prestation de Lindsay Cooper) épaulé par la clarinette Tim Hodgkinson. Le basson prend le relai à partir de 3mn30 accompagné de guitare électrique, parfois dissonante. Le piano reprend sa partition langoureuse à 6mn20 pour la partie finale.

Ruins : c’est la pièce maîtresse de l’album avec 12mn de musique expérimentale, composée par Fred Frith. L’auteur joue au xylophène dans cette œuvre complexe. Riffs de guitare électrique (Fred  Frith) en souffrance à partir de 2mn10. Changement de ton à 3mn40, avec un solo de violon (toujours avec Fred  Frith) relayé par le basson par intermittence. Cet opus est constitué tout du long de parties surprenantes, espiègles et pleines d’inventivité harmonique, avec des  références à la fois à Frank Zappa et à la musique contemporaine expérimentale.

Solemn Music : très court titre très baroque avec un duo de hautbois et de guitare électrique             

Linguaphonie : un long morceau d’impro collectif de 5mn30, assez délirant mêlant instruments de musique, bruits divers et voix fantomatiques avec certains éléments sonores enregistrés à double vitesse.                                      

Upon Entering the Hotel Adlon : titre qui commence par un rythme de jazz assez soutenu suggérant l’hystérie et ses convulsions.

Arcades : court morceau méditatif de 2mn au basson auquel répondent guitare et autres instruments.                                       

Deluge : dernier titre en mode impro et clôture de l’album à la marche hésitante et chaotique (comme un déluge) qui se termine à 4mn40 par un chant surprenant de John GREAVES, hors micro, accompagné au piano par lui-même.

 

  Suites de l'album

Unrest n’a pas reçu de succès auprès du grand public, ce qui était prévisible. Par contre il s’est imposé comme un album incontournable dans le milieu du rock expérimental et la scène RIO (Rock In Opposition).

En 1991 est sortie une réédition en CD avec deux titres supplémentaires (The Glove et Torchfire) extraits des matériaux sonores bruts enregistrés en 1974. Puis en 1999, un CD une version remasterisée de l’album a été publiée.

Unrest reste, d’après critiques et connaisseurs, le meilleur album du groupe HENRI COW.

 

Sur le groupe HENRY COW et sur Fred Frith voir les sites :

http://vraimentautrechose.hautetfort.com/tag/henry+cow

http://www.rythmes-croises.org/henry-cow-la-paire-de-trois/

 

Jaime Prog

 

  Musiciens et autres

HENRI COW

Tim Hodgkinson : orgue, piano, saxophone alto, clarinette

Fred Frith : guitare stéréo, violon, xylophone, piano

John Greaves : guitare basse, piano, voix

Chris Cutler : batterie, percussions

Lindsay Cooper: basson, hautbois, flûte, voix

 

Production

Phil Becque : ingénieur du son, mixage (face 1)

Andy Morris :  ingénieur de l'enregistrement

Mike Oldfield  : ingénieur du son (une partie de Ruins)

Henry Cow :  ingénieur du mixage (face 2)

Ray Smith :  design pochette de l’album

 

  Titres

Face 1

Bittern Storm over Ulm   (Fred  Frith)      2:44

Half Asleep/Half Awake  (John Greaves)  7:39

Ruins                                (Fred Frith)      12:00

 

Face 2

Solemn Music              (Fred Frith)            1:09

Linguaphonie                                             5:58

Upon Entering the Hotel Adlon                2:56

Arcades                                                       1:50

Deluge                                                         5:52   

                                                  

Album complet de 1974

HENRY COW - Unrest - mai 1974
HENRY COW - Unrest - mai 1974
HENRY COW - Unrest - mai 1974
Tag(s) : #L'apogée

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :