Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le groupe anglais CAMEL sort son deuxième album, intitulé Mirage, en mars 1974. il vient après leur album éponyme Camel, marqué par les débuts du groupe en blues rock et assez inexpérimenté en matière de rock progressif (voir l'article sur l'album Camel).

Avec Mirage, CAMEL rattrape son retard et nous offre un album plus élaboré, aux mélodies mieux arrangées. On n'est pas encore au niveau des prouesses des “majors” du Rock prog (GENESIS, KING CRIMSON, PINK FLOYD, YES, …) mais ces derniers arrivent déjà au summum de leur créativité alors que le groupe CAMEL a encore une bonne marge de progression. Ainsi  CAMEL commence à trouver son propre style.

 

  L'album et sa musique

Mirage est un album plus instrumental que leur premier 33 tour, avec des titres plus complexes et donc plus longs et des mélodies mieux construites. Andrew Latimer et Peter Bartens en sont les principaux compositeurs. La voix du chanteur Andy Latimer n'est pas l'élément marquant de l'album, sauf peut-être dans le titre final Lady Fantasy.

Les musiciens y démontrent leur talent et leur maîtrise technique que ce soit Andrew Latimer à la flûte ou aux guitares, Peter Bartens aux claviers, Andy Ward à la batterie ou Doug Ferguson à la basse. Ruptures rythmiques et parties calmes ou tourmentées sont bien agencées.

 

  Quelques notes sur les titres

Deux pièces  progressives dominent cet album : les suites Nimrobel et Lady Fantasy constituées, chacune en trois parties et dans lequelles les claviers sont largement mis à contribution et en  particulier le piano électrique. Les guitares ne sont pas en reste.

Freefall débute à un rythme effréné, dans un style hard rock, avec basse et batterie puissante sur lesquelles  se posent quelques bon riffs de guitare électrique à la manière de DEEP PURPLE (album Fireball). Les plages chantées ne sont pas à la hauteur des parties instrumentales heureusement plus denses.

Supertwister : La titre commence commence par de bons solos qui s'enchaînent : guitare électrique, puis flûte (à 24s) et piano électrique (à 57s) sur un thème mélodique aux accents orientaux (Camel...). Les solos de flûte dominent largement dans cette ballade instrumentale, accompagnés de la basse au rythme de la batterie – quelques ruptures de rythme (à 1mn10 et à 3mn) avec pour la fin un bruit incongru de versement de liquide chaud ( thé ou café?).

Nimrodel/The Procession/The White Rider

La suite essentiellement instrumentale, en trois parties, de plus de 9mn s'inspire de la mythologie ou plutôt de la Fantasy façon Tolkien (Le Seigneur des Anneaux).

Nimrodel (→ 3mn45): après une petite intro innatendue voici une fanfare aux accents médiévaux qui passe, puis commence une ballade sur un beau thème mélodique avec chant accompagné par la guitare acoustique, sur fond d'orgue. Enfin flûte, guitare électrique et claviers se succèdent mélodieusement jusqu' à la rupture à 3mn45.

The Procession (→ 5mn40) : très beau solo des claviers dans un mouvement crescendo (orgue et piano électrique) de 3m45 à 5mn20, relayé par un solo de guitare électrique un peu tourmenté.

The White Rider (de 5mn 40 à la fin): après le second chant, belle partie instrumentale un peu inquiétante. Superbes effets de clavier/synthé à partir de 7mn, puis long solo de guitare électrique et fin en fade out.

Earthrise : titre entièrement instrumental de près de 7mn. Petite intro sur fond de souffle du désert ; puis chaque instrument joue de sa partition :  d'abord un solo de mellotron avec une mélodie un peu simpliste; viennent ensuite guitare électrique, orgue, minimoog, piano électrique, le tout sur un rythme rapide. Transition à 5mn50 vers un rythme de plus en plus lent au clavinet/guitare sur une batterie  très présente. Les mélodies me paraissent un peu légères. Pour moi ce titre est bien en dessous de Nimrodel ou de Lady Fantasy.

Lady Fantasy : cette longue pièce de 13mn, seul titre collectif de l'album, est une suite de trois parties produisant des ambiances alternant douceur et violence, mélancolie et révolte: Encounter (→ 5mn 10) , Smiles for You (→ 9mn 10)  et  Lady Fantasy.

Encounter commence par une intro répétitive peu agréable puis continue avec le piano électrique et autres claviers  sur un chant à la manière des DOORS dans Light My Fire (1967) - mais en moins bien - et enfin se termine par une plage instrumentale montant crescendo unissant claviers et guitare électrique.

Smiles for You : partie centrale très calme et mélodieuse qui commence par des solos successifs de claviers (minimoog et mellotron) puis de guitare électrique, et qui continue par le chant mélodieux (reprise de la mélodie de la première partie) sur  fond de guitare acoustique qui annonce un orage prochain...

LadyFantasy : partie instrumentale – montant crescendo – dominée par les guitares  et claviers presque agressifs sur une basse puissante avec une fin (à 12mn 45) soudainement  mélodieuse et presque soft.

Les transitions entre les parties ne sont peut être pas suffisamment travaillées mais l'ensemble reste très bon.

  Bilan de l'album

Mirage est un album de rock progressif de qualité avec – je me répète -  une maîtrise technique bien supérieure au premier album éponyme et une sonorité qui devient la marque de fabrique du groupe C'est ce qui lui permettra de se distinguer des «grands» du progressif et de  trouver sa propre singularité. L'album restera dans les mémoires aussi pour sa pochette en détournant la fameuse marque éponyme de cigarettes.

CAMEL mérite une meilleure reconnaissance. Ses albums ultérieurs The Snow Goose et  Moonmadness seront des belles réussites et lui apporteront une audience considérable.

Une réédition remastérisée de l'album en CD a été réalisée par Decca en 2002 avec quatre titres bonus en live : Lady Fantasy, Supertwister, Mystic Queen et Arubaluba – les trois derniers lors d'un concert au Marquee club de Londres.

 

Jaime Prog

Site du groupe : http://www.camelproductions.com/

 

   Musiciens

Andrew Latimer - guitares, flûte, chant sur Nimrodel / La Procession / Le Cavalier Blanc et Lady Fantasy

Peter Bardens - orgue, piano, Minimoog, Mellotron, voix, Fender piano, Clavinet

Doug Ferguson – chant, basse

Andy Ward - batterie, percussions

 

   Titres

Face 1

1- Freefall (Peter Bardens) – 5:53

2- Supertwister (Peter Bardens) – 3:22

3- Nimrodel/The Procession/The White Rider (Andrew Latimer) – 9:17

Face 2

4- Earthrise (Peter Bardens, Andrew Latimer) – 6:40

5- Lady Fantasy (Bardens, Latimer, Andy Ward, Doug Ferguson) – 12:45

J'ai choisi:

Freefall

Supertwister

Nimrodel

Lady Fantasy

Album vinyle 1974

Album vinyle 1974

Tag(s) : #La montée

Partager cet article

Repost 0