Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le groupe  américain KANSAS sort son premier album Kansas en mars 1974. C'est un groupe de prog tardif comme CAMEL. En effet en 1974 le rock progressif est déjà à son apogée après six ans de recherches et d'élaborations d'une grande richesse et l'arrivée de groupes  mondialement célèbres.

 

 Le groupe

Dès 1970, les six musiciens jouent dans différentes formations instables : KANSAS  proche du rock-country et WHITE CLOVER plutôt hard-rock. C'est de la réunion de ces deux groupes que renaît KANSAS en 1972.  Ce dernier se fait remarquer dans les bars rednecks du Middle West des Etats Unis. La formation excelle dans les lives. C'est dans ce cadre, que le label Kirshner propose au groupe de sortir un album. La musique est d'une grande originalité, fruit de la fusion de rock sudiste et de hard rock. Cela donne un rock progressif américain assez intéressant.

 

 L'album

Il rassemble des titres nouveaux et d'autres issus des années 72/73, tous essentiellement écrits par  Kerry Livgren (claviériste et guitariste), et Steve Walsh (chanteur et claviériste).

Les titres sont de styles variés, tantôt inspiré par le rock country (Can I tell You, Bring it Back, Lonely Wind, The Pilgrimage ), tantôt par le hard rock de URIAH HEEP (Belexes) et tantôt par le rock progressif de GENESIS ou JETHRO TULL (Journey from Mariabronn, Aperçu, Death of Mother Nature suite).  La musique fait donc alterner des compositions calmes et mélodieuses à base de violon et de guitare acoustique et des morceaux plus complexes énergiques et/ou symphoniques avec riffs de guitare électrique et nappes d'orgue. Notons que le violon de l'excellent musicien Robby Steinhardt peut aussi produire des solos endiablés. N'oublions pas l'apport harmonieux des voix et choeurs.

 

La pochette

La couverture reproduit une partie de la peinture murale de John Steuart Curry sur le Kansas State Capitol à Topeka, capitale de l'état du Kansas.  Elle représente John Brown, grand abolitionniste qui organisa une insurrection armée contre les esclavagistes en 1859. Son échec le conduisit à la pendaison. Il s'agit donc du symbole de la lutte anti-esclavagiste.

 

 Notes sur quelques titres

Can I tell You  : joli titre de rock  country avec des solos de violons virtuoses entrecoupés du chant à plusieurs voix et de solos de guitare électrique. Un très bel effet d'ensemble.

Bring it Back : c'est une interprétation de style énergique au rythme effréné d'un titre connu de JJ Cale (album Narurally – 1972). Ici le violon remplace l'harmonica de l'original.

Lonely Wind : ballade assez mélancolique (un peu trop longue) assez inévitable dans un album plutôt tonique.

Belexes : titre hard rock aux accents progressifs écrit par  Kerry Livgren en 1972 avec variations de rythme et de mélodie. Le composition fait penser au groupe URIAH HEEP avec les reprises de guitares qui répondent aux vocalisent. Chaque instrument participe de son solo dont la batterie en fin, juste avant les derniers hurlements de guitares.

Journey from Mariabronn  est un long titre essentiellement intrumental de près de 8mn.

L'influence de GENESIS est nette, mais sans parodie. Une belle composition progressive avec un enchaînement parfait de plages énergiques et paisibles – des parties chantées et instrumentales. Accélérations/dévélations de rythmes réussies avec variations mélodiques.  A noter un magnifique solo de violon au milieu du titre (à partir de 4mn20). Le final est tout aussi réussi avec ensemble harmonieux du chant et des claviers. C'est peut-être le meilleur titre de l'album.

Aperçu et Death of Mother Nature suite se suivent sans interruption ; ils font partie d'une seule longue pièce de près de 18mn.

Aperçu, titre très symphonique qui fait penser au style de GENESIS et de YES avec belle alternance de parties instrumentales et de chants et choeurs aux mélodies harmonieuses. Accélérations et décélérations de rythmes, variation de mélodies. L'apport du violon est un plus. Notons une  fin assez hard rock comme un joli bouquet final de guitares électriques et de violon sur une batterie déchaînée.

Death of Mother Nature suite : cette seconde partie paraît moins réussie : un peu décousue et sans l'élan, l'énergie et les prouesses de la première partie. Malgré tout, beaux solos d'orgues et bons riffs de guitare électriques.

 

 Bilan de l'album

KANSAS  est un groupe qui mérite, 40 ans après, d'être reconnu.  En 1974 l'album ne s'est pas trop mal vendu mais le public américain n'a pas été enthousiaste en écoutant l'album à sa sortie : il a sans doute trouvé la musique un peu hermétique. Du côté européen le 33 tours n'a pas recueilli beaucoup de faveurs : pas assez prog face aux pointures anglaises... Pourtant ce premier album est déjà une belle réussite pleine de promesses pour l'avenir du groupe. Nous en reparlerons. Il a été republié en CD en 2004 (remastérisé) et en version vinyle remastérisée en 2014.

Jaime Prog

 

Site du groupe : http://www.kansasband.com/

 

 Musiciens

Kerry Livgren : guitares, claviers, chœurs

Steve Walsh : claviers, chant, congas

Robby Steinhardt : violon,chant

Rich Williams : Guitares

Phil Ehart : Percussions

Dave Hope : Basse,chœurs

 

 Titres

Face A

1- Can I tell You (Williams,Ehart,Hope,Walsh) - 3:32

2- Bring it Back (J.J.Cale) - 3:33

3- Lonely Wind (Walsh) - 4:16

4- Belexes (Livgren) - 4:23

5- Journey from Mariabronn (Livgren,Walsh) – 7:55

 

Face B

6- The Pilgrimage (Livgren,Walsh) - 3:42

7- Aperçu (Livgren,Walsh) - 9:54

8- Death of Mother Nature suite - 7:43

 

J'ai choisi :

Belexes

Journey from Mariabronn

Aperçu

Death of Mother Nature suite

1- pochette vinyle 1974                       2- peinture murale de John Steuart Curry
1- pochette vinyle 1974                       2- peinture murale de John Steuart Curry

1- pochette vinyle 1974 2- peinture murale de John Steuart Curry

Tag(s) : #La montée

Partager cet article

Repost 0