Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le second album du groupe QUEEN sort en mars 1974 et s'intitule Queen II, à la manière de LED ZEPPELIN avec ses premiers 33 tours nommés Led Zeppelin I, II, III. Si le premier album Queen (1973) s'inspirait beaucoup de LED ZEP, le second s'en sépare en partie par un côté « opéra rock » – théâtral – et surtout par l'entrée du rock progressif dans plusieurs titres particulièrement travaillés par Freddie Mercury, le leader du groupe. L'influence des WHO est encore visible. La musique oscille entre Glam Rock, Hard Rock et Rock Progressif Un soin particulier a été apporté aux effets sonores stéréophoniques par la multiplication des pistes de voix en prenant l'exemple sur les MOODY BLUES précurseurs dans ce domaine. Pendant l'enregistrement en studio, un grand travail d'arrangements, très soigné, a été réalisé. les musiciens du groupe étaient très satisfaits de leur résultat.

Queen II n'est pas revendiqué comme album concept et pourtant ça lui ressemble : deux faces du vinyle opposées, la première la face blanche (la Reine Blanche), plutôt soft autour du titre White Queen et la deuxième, la face noire (la Reine Noire), autour du titre The March Of The Black Queen, violente et explosive. Cette dernière, uniquement composée par Freddie Mercury, est la plus intéressante avec des mélodies magnifiques, des harmonies vocales réussies (chants à plusieurs voix, choeurs, effets de voix) et des riffs de guitare électrique saturée.

L'opposition blanche/noire, qui exprime donc une opposition aux niveaux musical et parolier (en schématisant : ballades, mélodies douces/hard-rock-prog énergique), se retrouve graphiquement sur la pochette avec comme recto une photo des musiciens sur fond noir et au verso, une photo des mêmes sur fond blanc.

 

   Quelques notes sur les titres

Procession : est une intro instrumentale courte.

Father to Son : un titre aux effets stéréos réussis. Le début a une petite ressemblance avec les WHO de l'album Tommy. A noter, un passage instrumental hard rock intéressant à partir de 2mn30. Fin en fade out.

White Queen : belle mélodie avec choeurs , accompagnée tantôt par la guitare acoustique, tantôt la guitare électrique et avec un joli solo de cithare (électrique?) à 2mn50. Riffs de guitare électrique et beaux cœurs en partie finale ( à partir de 3mn40).

Some Day One Day : ballade à la guitare acoustique sur fond de guitare électrique et inversement. Fin en fade out.

The Loser in the End : titre hard rock sur une ligne mélodique.

La face B (Black Side) comprend une pièce de 16 mn avec 5 titres qui se suivent sans pause ni interruption (du titre n°6 au titre n°10, soit Ogre Battle, The Fairy Feller's Master-Stroke, Nevermore, The March of the Black Queen et Funny How Love Is).

Ogre Battle : c'est un morceau de hard rock de style mélodique qui rend compte d'un combat entre ogres avec effets sonores des guitares électriques (solos et riffs saccadés – accélération du rythme) pour reproduire musicalement l'affrontement. L'effet de violence est très bien rendu. A relever : la fin du titre est l'inversion sonore de l'intro.

The Fairy Feller's Master-Stroke : c'est le premier titre de rock progressif, un morceau court, accompagné au clavecin, plein d'humour, inspiré par le tableau d'art victorien de Richard Dadd (1841) qui reprend la scène 2 de l'acte II du Songe d'une nuit d'été de William Shakespeare (voir les paroles et le tableau). Sur un rythme effréné se succèdent ou se superposent en arrangements complexes, riffs de guitare électrique, cœurs, vocalises, piano, frappes de main, percussions, castagnettes...avec effets stéréo garantis.

Nevermore : titre court, une belle ballade avec une mélodie triste et poignante accompagnée au piano sur fond de choeurs.

The March of the Black Queen : un superbe titre rock progressif grandiose, baroque et théâtral mais sans artifice ni prétention. C'est la pièce centrale de l'album : un long morceau symphonique de 6mn30, très complexe, avec variations de rythmes et de mélodies. Des choeurs lyriques magnifiques, des riffs de guitare électrique énergiques, des vocalises aux effets réussis, des plages calmes et d'autres violentes, des acclélérations brutales. Après la phase d'accalmie entre la 3ème et la 4 ème mn commence une montée crescendo sublime qui termine le morceau en apothéose.

C'est un titre si complexe que le groupe n'a jamais pu le jouer entièrement sur scène. A noter en fin de piste un effet ascendant de choeurs qui ouvre le début du morceau suivant.

Funny How Love Is : titre assez pop qui se termine en fade out.

Seven Seas of Rhye : un morceau hard rock presque progressif qui parle d'un monde fantastique dénommé Rhye. Ce titre est sorti en version instrumentale dans le premier album éponyme du groupe en 1973, puis en sigle 45 tours en février 1974, ce qui contribue à le classer 10ème dans les charts britanniques, premier succès commercial de QUENN.

 

   Bilan de l'album

Queen II est un des albums les moins connus du groupe et pourtant c'est à l'évidence l'un des plus réussis, des plus aboutis. Il est sans doute par sa complexité, l'un des moins accessibles ce qui peut expliquer celà.

Queen II a reçu une réaction tantôt mitigée tantôt élogieuse de la critique musicale. Certains chroniqueurs le considèrent comme le meilleur album de toute la carrière de QUEEN. L'album est resté 5ème au classement des meilleures ventes en Grande Bretagne pendant plus de six mois et a été nommé disque d'or aux USA.

Les deux titres les plus marquants de l'album ont inspiré en 1993, près de 20 ans plus tard, le jeu vidéo Ogre Battle: The March Of The Black Queen.

En 1975 dans leur quatrième album, A Night at the Opera, le groupe produira un autre titre réussi aux accents de rock progressif, Bohemian Rhapsody. Ce sera la dernière référence en la matière, en effet QUEEN n'a jamais été un groupe de rock progressif.

 

Jaime Prog

 

Voir le site : http://www.queenonline.com/

 

  Musiciens

Freddie Mercury (chant, piano)

Brian May (guitare, chant)

John Deacon (basse, guitare acoustique)

Roger Taylor (percussion, chant)

 

Titres

Face A - Side White

1- Procession (Bian May) — 1 min 12 s

2- Father to Son (Brian May) — 6 min 14 s

3- White Queen (As It Began) (Brian May) — 4 min 35 s

4- Some Day One Day (Brian May) — 4 min 22 s

5- The Loser in the End (Roger Taylor) — 4 min 3 s

 

Face B - Side Black

6- Ogre Battle (Freddie Mercury) — 4 min 8 s

7- The Fairy Feller's Master-Stroke ( Freddie Mercury) — 2 min 40 s

8- Nevermore ( Freddie Mercury) — 1 min 17 s

9- The March of the Black Queen ( Freddie Mercury) — 6 min 33 s

10- Funny How Love Is (Freddie Mercury) — 2 min 50 s

11- Seven Seas of Rhye ( Freddie Mercury) — 2 min 48 s

 

J'ai choisi :

Father to Son,

Ogre Battle,

The Fairy Feller's Master-Stroke,

The March of the Black Queen,

Seven Seas of Rhye

Remastérisé en 2011

Remastérisé en 2011

Remastérisé en 2011

Remastérisé en 2011

Remastérisé en 2011

Logo QUEEN
Logo QUEENLogo QUEEN
Logo QUEEN

Logo QUEEN

Tag(s) : #La montée

Partager cet article

Repost 0